Bibliographie

Liste d'idées


Mise à jour 2022-05-22 par Mathilde Ohm
Base
Page suivante

  • Réfutation
  • Cela semble toujours impossible jusqu’à ce qu’on le fasse (Nelson Mandela)

Rappels, depuis janvier, nous avons dit, entre autres et en vrac 80)

  • Accepter  de ne pas comprendre « pour l’instant » Parmi les préjugés, repérons et évitons le désir de comprendre instantanément, alors qu’il est utile de prendre de temps de voir, puis le temps de comprendre avant de prendre le temps de conclure. Dire son incompréhension c’est aussi dire son désir de comprendre.
  • Rendre présent à l’esprit
  • Faire des parallèles (ici les corrections du profs et tes remarques) est un bon révélateur ; raccorder, rassembler Faire des rapprochements avec des éléments ± connus
  • Gardons à l’esprit qu’il s’agit de rassembler différentes façons de se faire une idée de ce qu’est telle ou telle fonction (parabole, hyperbole, ….)
  • Reformuler en d’autres termes,
  • Chercher les relations en observant (pas de tâtonnement)
  • Lecture littérale, lecture latérale ; lire entre les lignes, chercher ce que cache, ce que révèle le texte. chercher ce que cela montre, représente, dissimule, rend invisible, soustrait aux regards, garde secret, soustrait à la connaissance discerner, entrevoir, pressentir, flairer, prédire, sentir, découvrir, soupçonner, prophétiser, prévoir, pénétrer, se douter, présager, subodorer, déchiffrer, connaître les intentions, avoir le nez fin. se demander ce que ça cache, ce que cela recèle,  révèle, déterminer ce que cela suppose … … faut toujours faire un dessin
  • Partir de l’objectif (c’est l’objet du moment Pour voir loin, il faut regarder de près
  • Penser par moi-même ce n’est pas faire l’idiot seul à se comprendre mais bien plutôt se mettre à la place de l’autre et imaginer sa réponse.
  • Attention à rédiger ta réponse. Un nombre, en guise de réponse, ne suffit pas. Il faut expliciter la démonstration qui mène à la valeur obtenue
  • Il existe un plan d’étude des fonctions (domaine de définition, variations …)
  • Souvenons-nous que ce n’est pas la technique qui nous guide !
  • Les exercices nous apprennent des compléments du cours
  • De plus, les exercices nous font découvrir quelque chose de nous :
  • Nous avons des à priori (ex : vérifier est une perte de temps au contrôle, …) des croyances qui nous desservent, parfois, quand elles sont erronées ou trop vague (ex : il faut mettre au même dénominateur, il faut passer de l’autre côté…).
  • chi va piano, va sano e va lontano.
  • Gagner du temps consiste souvent à ne pas en perdre. Pour cela il est utile de s’assurer de ne pas être hors-sujet
  • Exploiter ses erreurs ;  penser c’est admettre de distinguer le vrai du faux. Parménide Avoir faux est-ce le contraire d’avoir vrai ?
  • Connaître les formes canoniques
  • Commenter (assert, soliloque)

    Non seulement on agit sur autrui en lui parlant (…) mais on agit sur soi-même en modifiant le statut de ses propres connaissances !
    Une connaissance mise en mot et en symboles n’est plus la même connaissance.[…]
    mise en scène, en sens, en actes, en œuvre, en pratique, en garde, en jeu, en équation, en train, en discussion, en page, en vigueur, en garde, en place, en forme, en marche, en route, en état, en plis, en évidence.
    communication, d’objectivation et de traitement. Une des conditions primordiales pour la conceptualisation mathématique est de disposer pour un même objet mathématique de plusieurs représentations sémiotiques, permettant ainsi de détacher un objet de ses représentations.

  • Élucider
  • Lire entre les lignes, mettre en relief, mettre à plat
  • Lire c’est comprendre, Lisez, vous comprendrez Ah ! Oui, cette fois, j’ai compris
  • Tenir compte du contexte contrat implicite : tout est dans l’énoncé, la bonne volonté du lecteur est acquise ; question précédente
  • De quoi est-t-il question ?
  • lire avec un projet : pour que le texte « nous parle », « qu’est-ce que ça veut dire ? » est la première pensée. Ne pas être si pressé de tourner la page qu’on a même pas pris le temps de la lire.
  • Le sens n’est pas une qualité à contempler mais un geste à attraper  Bachelard
  • il y a bien des règles, mais dont l’application combinatoire n’est pas à son tour soumise à des règles.
  • On demande de passer,  d’une évidence à une autre. La raison est alors caractérisée par l’idée d’évidence.  (cf Pascal De l’art de persuader, et Jankélévitch)
  •  Comprendre autrement. Rendre l’autre [sens]  plus fort
  • Aha ! Insight Martin Gardner  (Émotions) 
  • Une parole qui s’attend à une réponse. (L’élève attend une note, une remarque…)
  • pré-sentir le fonctionnement…
  • S’arrêter régulièrement pour relire : Déclic
  • Lire d’abord les propositions, et plus tard les démonstrations,
  • Vérifier le texte : Questionner l’énoncé pour résoudre le problème
  • Avancer,
  • Relire,
  • Écrire une synthèse : Méthodologie de la synthèse de documents
  • Faire coïncider chaque élément de l’énoncé avec sa traduction (dessin ou expression) et de même vérifier que représentation correspond à un élément de l’énoncé.
  • Repérer l’intention, l’objectif de l’exercice : UTLS : Philosophie de l’esprit et sciences cognitives Quand le téléphone sonne on déduit que quelqu’un vient de d’écrire un SMS, La signification n’est pas contenue dans l’énoncé, il faut l’associer, Distinguer les croyances intuitives des croyances culturelles, Distinguer entre indice (fiable) et symbole (peut dysfonctionner). Dan Sperber : UTLS : La communication du sens C’est la capacité d’attribuer à autrui des états mentaux qui aura rendu possible la communication humain. (cf Les neurones miroirs)
  • Doit-on considérer certains exercices (ou exemples) comme emblématiques, exemplaires,  (canon) propres à faire comprendre quelque chose au delà de l’exercice proprement dit ?  (allégorie ? ) Sens caché ?
  • ‘La lettre enseigne l’histoire, l’allégorie, ce à quoi tu crois ; le sens moral, ou tropologique,  ce que tu fais ; l’anagogie, ce vers quoi tu tends’. Ce célèbre verset cité par Nicolas de Lyre au XIV° siècle, résume toute l’exégèse des pères de l’Eglise. p 439 (Sens littéral de « L’interprétation » ) La fusion, voire l’identification du sensus litteralis et du sensus historialis résulte du caractère narratif des Évangiles. Elle est propre à l’exégèse théologique des Écritures. Convient-il de lire uniquement d’un point de vue formel ou doit-il donner du sens à la lecture ?  (cf Baruk,   Si 7 = 0. Quelles mathématiques pour l’école ? ).
  • Le fil de la pensée dans l’exercice mathématique doit-il être considéré comme illusion par opposition avec la formalisme de l’écriture. Pourtant il arrive qu’un exercice soit résolu « de tête » avant de pouvoir être exprimé par écrit. Parfois même, il semble qu’un exercice soit résolu sans même y penser de façon « subconsciente ».

La vidéo ci-dessous à une durée inférieure à deux minutes   Quels équivalents aux procédés littéraires en math ? (Allusion, illustrations, …) Champs lexicaux afin de déterminer le(s) chapitre(s) à utiliser. Utilisation des 4 modes de conjugaison (Indicatif, impératif, subjonctif, conditionnel) Identifier chaque pronom et ce qu’il dénote, idem avec les conjonctions, Observer la ponctuation, Quelles figures de style, à part le zeugme ? 80) Voir Achille Talon et les maths Registres des textes math (Cours, exercices, problèmes, Kholles, énigmes, problèmes ouverts) Classer (par thèmes), ordonner, les idées As-t-on bien lu ? Est-ce qu’aucun passage est passé sous silence  ?

Allant de soi, ses éléments « se donnent à voir » […] Or, on ne se souvient pas de tout à tout moment :  […] le « courant de pensée » […]

1. Gestes technologiques       Au Costa Rica, le théorème « P(a) = 0 <=> (x – a) est un facteur de P(x) » est appelé le « théorème du facteur » et il est attendu que les élèves le citent, dans ce cas, pour factoriser par x + 2.             P(x) = 6x^3 + 7x^2 -9x + 2  ; donc P(-2) = 0.

2. Geste « technique » (Tc) éléments d’un savoir-faire (exemple division et polynômes) 

3. Gestes de « replacement » (Re) Histoire de la classe (téléphone, oiseau…) Analogies

Ces différents problèmes peuvent finalement se réduire aux trois catégories fondamentales de la recherche de sens aristotélicienne : le quoi, le comment et le pourquoi :

  • Le quoi  : tous les jeux vidéo appellent-ils un acte herméneutique ? Si la réponse paraît évidente, elle s’imbrique dans une réflexion plus large en game studies. De quelles méthodes usent les chercheurs eux-mêmes pour composer un corpus de jeux vidéo ? en privilégiant un genre ou sous-genre, un game director ou un studio (considérant ici une continuité artistique ou un modèle de création), des mécanismes, des idéologies ? ou encore par période historique ou par récits typiques (Le Voyage du Héros de Joseph Campbell) ?
  • Le comment  : Quelles sont les modalités à privilégier dans l’interprétation d’une œuvre (images, sons, textes, dialogues, concept arts, esthétique) et comment les concilier afin de développer des correspondances ? Comment les grammaires vidéoludique, cinématographique ou littéraire se conjuguent-elles afin de mieux comprendre et analyser une œuvre ? Enfin, à l’heure où les jeux vidéo inventent des espaces virtuels dont la densité d’appropriation appartient aux joueurs et joueuses, particulièrement dans le cas des mondes ouverts ou d’un gameplay systémique, comment parvient-on à appréhender ces jeux sans fin ?
  • Le pourquoi  : quel est l’intérêt et la finalité (telos) d’un commentaire ou d’une exégèse, qu’en faire, notamment dans une démarche qui dépasse la création pour aller vers une interrogation philosophique ou politique ? Les pratiques herméneutiques de la première modernité, telles que la mythographie et la tradition conceptiste, peuvent-elles aider à comprendre les enjeux et les fins de l’herméneutique vidéoludiques ?

Lancer des idées en l’air. Où retombent-elles ?

Il y a du monstrueux cacomorphisme

qui n’est pas moi, je ne m’y reconnaîs pas

Ricœur affirme cependant la fonction « positive et productive » de la distanciation à partir de cinq thèmes qui en constituent la problématique : le langage comme discours, le discours comme une œuvre structurée, le passage de la parole à l’écriture, le discours comme projection d’un monde, et enfin le discours comme médiation de la compréhension de soi.

Mathématiques : langage d’initiés

Prendre le temps (semences, fêtes,  femmes — mariages, … –,  dommages, saintes, pures )

  • de vivre (à la pointe du présent)
  • de lire
  • d’étudier
  • de se construire

Les maths ça prend du temps en raison de la pluralité, les suites ne sont pas plus importantes que le produit scalaire ou l’exponentielle.

Place du commentaire ? !

C’est pas du jeu, c’est le travail de l’intelligence, la barre est haute et tant mieux, cela construit l’humain.

On vous dit ce qu’il faut faire, mais attention à la manière de les appliquer ! (ce serait bien que les profs mettent cette idée en pratique.

Les cours nous orientent : il faut faire ci ou ça … La conduite serait dictée, insupportable  ! et pourtant, on se précipite sur la fin de l’histoire, sur l’horoscope (28′)

Quel est le narratif des maths globalement ? Est-ce que je suis libre et mettre de mon destin ? Qu’est-ce qui est remis en question ?

Est-ce que l’erreur est diabolique ? (35′) Après la sagesse, l’apocalypse. Ça simplifierait.
C’est l’usage de l’objet qui en fait sa qualité ou son défaut.

Le cantique des cantiques : le cœur battant de l’amour, c’est l’absence.

Fusion (illusion), approche-toi, va vers toi-même (soit toi-même).

Forme « passive » ? ? ? (Esther)

Je suis responsable de … Personne ne me dicte ma conduite.

Refuser l’argument d’autorité. Il me faut vérifier par moi-même, en connaissance de cause.
Trouver ma place.

1h11 :..’ Et vous trouvez ça plus loin, … vous voyez que ce n’est pas simple, il faut d’abord tout lire, puis essayer de comprendre, puis il faut revenir etc

Comprendre là où je suis pas là où je voudrais être.

Ne jamais croire avoir tout compris.

Dévoiler ? ? et révélation ? ?

Catachrèse : un pied de table => détournement des outils et des appareils.
Exemple : utilisation de la calculatrice pour faire un tour de magie :

MIROUF170014

4 sens
le sens propre ou historique, un sens allégorique (on peut expliquer une guérison ou un miracle comme une figure), un sens tropologique, ou moral (ce qui est raconté correspond à une représentation des combats mentaux des vices et des vertus) et un sens anagogique, qui parle des fins dernières (ce qui se passera à la fin du monde).

Bibliographie
Base
Page suivante