Plus ou moins

Entre-voir


Mise en rébus
Page suivante
Lundi soir, pas de sourire, pas de plaisanterie, Papa ne me demande pas de lui raconter ma journée. Juste cette phrase que je ne comprends pas et qu’il lance à Maman : « C’est la tuile ! Le bosse de ma boîte a mis la clef sous la porte ! Et en plus il tombe des cordes. » Qu’est-ce que cela veut dire ? À la façon dont il l’a dit, il me semble que c’est important, pourtant je ne vois pas de quelle tuile il parle, ni de quelle bosse, ni pourquoi on met la clef sous la porte. Je n’en sais rien, pour l’instant, mais je me promets de chercher le sens de cette phrase. Cela me rappelle le rébus que j’avais lu dans la revue :
 

a on VI  TABOU TOU TOU

En le lisant, je ne comprenais pas ce que cela pouvait vouloir dire. Mais, puisque c’était un rébus, il devait y avoir un sens caché. J’ai donné ma langue au chat et je suis allée lire la solution :
 

Petit à petit on vient à bout de tout.

Il m’a fallu un certain temps pour  faire la relation entre l’énigme et la réponse. Mais maintenant cela me semble évident. Mardi, c’est Papa qui m’a accompagnée au collège et le soir, c’est lui aussi qui est venu me chercher. C’est nouveau ça. Mais j’étais contente. Je lui ai dit que nous avions parlé des civilisations anciennes, de l’Égypte, de la Grèce et de Rome. Et je pense que ce n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd, parce que… Mercredi matin, Papa était resté à la maison et l’après midi, il nous a proposé d’aller à Paris, au musée du Louvre. Il m’a acheté un pendentif représentant l’œil d’Oujat.   Parmi toutes les salles que nous avons traversées, il y a la salle 6, celle sur les hiéroglyphes. J’ai appris que les égyptiens savent écrire depuis 5 000 ans. 5 000 ans cela doit être beaucoup, mais je ne vois pas bien ce que c’est. Ils écrivaient, parait-il avec des hiéroglyphes comme ceux-ci : 
Si j’ai bien compris, un peu avant la naissance de Jésus-Christ, les gens capables de « parler »  ces hiéroglyphes sont devenus de moins en moins nombreux jusqu’à ce que plus personne ne sache les lire. De nouvelles écritures étaient utilisées. J’ai retenu la démotique et  le copte. C’est en fait grâce au copte et à ses similitudes avec l’égyptien hiéroglyphique que l’on a pu, au XIXᵉ siècle redécouvrir la signification des hiéroglyphes. C’est ce que Papa m’a montré avec la Pierre de Rosette. On distingue nettement sur l’image que la pierre présente trois formes d’écriture différentes. C’est donc en faisant le parallèle entre 2 écritures inconnues et une connue que Champollion a réussi à découvrir enfin le secret des hiéroglyphes. C’est un peu comme des rébus.
Pierre de Rosette

Pierre de Rosette, British (Museum, London)

Papa a trouvé cette vidéo sur internet qui explique bien l’histoire de l’écriture hiéroglyphique : Top 4  
Plus ou moins
Mise en rébus
Page suivante